virus.png

STRUCTURE ET DEFINITION DES VIRUS

La notion de maladie virale remonte à la fin du XIX ème siècle, avec la mise en évidence d’affections transmissibles par des agents ultra-filtrables. Les virus, initialement définis par leur taille, sont retrouvés chez toutes les espèces animales, chez les végétaux (y compris les algues et les champignons), chez les bactéries (bactériophages).

La caractéristique principale des virus, et à laquelle on doit leur découverte, est leur capacité à traverser des filtres imperméables aux bactéries. Alors que les plus gros virus infectant l’homme, les Poxviridae, ont une taille entre 250 et 300 nm, les plus petits, Parvoviridae, n’ont que 20nm.


Deux cents espèces sont pathogènes chez l’homme. La majorité des maladies virales sont bénignes (ex : rhinites).  D’autres présentent une gravité certaine (ex : encéphalites, SIDA, hépatites, fièvres hémorragiques). Enfin certains virus jouent un rôle dans le développement de tumeurs malignes et de cancers.

intestin.png
duplication.png
adn.png

QU'EST-CE QU'UN VIRUS ?

C’est en 1953 que André LWOFF a énoncé les trois caractères fondamentaux faisant des virus des entités originales :

1/  les virus ne contiennent qu’un seul type d’acide nucléique

(ADN ou ARN) qui constitue le génome viral.

2/  les virus se reproduisent à partir de leur matériel génétique et par réplication.

 

 



3/  les virus sont doués de parasitisme intracellulaire absolu.



Sous des aspects d’unités très rudimentaires, les virus constituent une forme très élaborée de parasitisme. Ils ne peuvent se reproduire qu’au sein de cellules vivantes ; ne possédant aucun système d’énergie, ils détournent la machinerie cellulaire à leur profit pour se répliquer et assurer leur pérennité. Ils constituent en quelque sorte des structures extrêmement simples dont l’ensemble des éléments protège quelques petits bouts de code génétique ayant pour objectifs de s’infiltrer dans une cellule pour la parasiter, puis la détruire.

En définitive, à l’aide de quelques gènes, les virus peuvent altérer et modifier les programmes de fonctions intracellulaires à leur profit, avec pour objectif final de transformer l’organisme infecté en agent contaminant, capable de propager l’infection et d’assurer la survie du virus.

 

INFECTION RESPIRATOIRES
 

Les infections virales les plus fréquentes sont probablement les infections

des voies respiratoires supérieures. Les infections respiratoires sont

particulièrement susceptibles de provoquer des symptômes graves chez le

nourrisson, les personnes âgées et les patients qui présentent des troubles

cardiaques ou pulmonaires.

Plusieurs coronavirus ont été identifiés qui provoquent une infection respiratoire

qui peut être grave. En 2002 et 2003, une épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) a causé un certain nombre de décès, principalement en Chine et à Hong Kong. En 2012, un nouveau coronavirus, le Middle East respiratory syndrome coronavirus (MERS-CoV), apparu en Arabie Saoudite, peut causer une maladie respiratoire aiguë sévère et parfois mortelle. En 2019, un autre coronavirus (SARS-CoV2) qui peut provoquer une maladie respiratoire aiguë, parfois mortelle a émergé à Wuhan, en Chine et s'étend actuellement dans le monde entier.

Les virus respiratoires se transmettent généralement directement d'un individu à l'autre par contact avec les gouttelettes respiratoires infectées.

INFECTIONS GASTRO-INTESTINALES

La gastro-entérite est habituellement provoquée par des virus et transmise par la voie orofécale interhumaine.

La classe d'âge principalement touchée dépend du virus:

  • Rotavirus: enfants

  • Norovirus: enfants et adultes

  • Astrovirus: habituellement nourrissons et jeunes enfants

  • Adénovirus 40 et 41: nourrissons

  • Agents semblables au coronavirus: nourrissons

Des épidémies locales peuvent survenir chez l'enfant, durant les mois froids en particulier.

Les principaux symptômes sont les vomissements et la diarrhée.

Aucun traitement spécifique n'est recommandé, mais le traitement de support, en particulier la réhydratation, est important.

INFECTIONS EXANTHEMATEUSES

 

Certains virus ne provoquent que des lésions cutanées (comme dans le molluscum contagiosum et les verrues); d'autres provoquent également des manifestations systémiques ou des lésions ailleurs dans le corps.

La transmission est habituellement interhumaine; l’alphavirus a un moustique vecteur.

INFECTIONS HEPATIQUES

Au moins 5 virus spécifiques (virus de l’hépatite A, B, C, D et E) peuvent provoquer une hépatite ; chacun provoque un type d’hépatite spécifique. Le virus de l'hépatite D ne peut être infectant qu'en présence du virus de l'hépatite B. La transmission est interhumaine par contact avec du sang infecté ou des sécrétions corporelles ou par la voie orofécale dans le cas de l'hépatite A et E (génotypes 1 et 2).

D'autres virus peuvent affecter le foie faisant partie du processus de la maladie. Le cytomégalovirus , le virus Epstein-Barr et le virus de la fièvre jaune sont des exemples courants. Les échovirus, les virus coxsackie, herpes simplex , de la rougeole , de la rubéole et la varicelle sont des exemples moins courants.

INFECTIONS NEUROLOGIQUES

La plupart des cas d’encéphalite sont provoqués par les virus. Ces virus sont

nombreux à être transmis aux humains par les arthropodes hématophages,

essentiellement les moustiques et les tiques; ces virus sont appelés arbovirus 

(arthropodes virus). Pour ces infections, la prévention consiste à éviter les

piqûres des moustiques et les morsures de tiques.

 

FIEVRES HEMORRAGIQUES

Certains virus provoquent de la fièvre et une tendance aux saignements.( arboviroses, arénaviroses et  filoviroses.) La transmission peut impliquer des moustiques, tiques ou un contact avec des animaux infectés (p. ex., des rongeurs, des singes, des chauves-souris) et des personnes. La prévention consiste à éviter les moyens de transmission.*

INFECTIONS CUTANEES OU DES MUQUEUSES

Les infections cutanéo-muqueuses sont le type le plus fréquent d'infection à virus herpes simplex . Le papillomavirus humain induit les verrues ; certains sous-types provoquent des cancers du col utérin , d'autres cancers anogénitaux et des cancers oropharyngés. La transmission est interhumaine.

MALADIES SYSTEMIQUES

Les entérovirus , qui comprennent les virus coxsackie et écho, peuvent provoquer des syndromes multisystémiques divers, comme c’est le cas avec le cytomégalovirus 

La transmission se fait par voie orofécale.

 

MALADIES FEBRILE NON SPECIFIQUES

Certains virus sont responsables de symptômes non spécifiques, dont fièvre, sensation de malaise, céphalée et myalgies. La transmission est habituellement effectuée par un insecte vecteur ou arthropode. (Voir aussi Revue générale des arboviroses, des arénaviroses et des filoviroses .)

La fièvre de la vallée du Rift évolue rarement vers des troubles oculaires, une méningo-encéphalite ou une forme hémorragique (qui a une mortalité de 50%).

quelques plantes contre les infections: 

- Le cyprès est puissant antiviral. Il agit comme un bouclier pour les cellules en empêchant les virus de s'y coller, puis il les tue. Il est particulièrement recommandé contre la grippe, mais aussi contre l'herpès. En traitement préventif ou curatif, il se consomme sous la forme de plantes fraîches.

Le ginseng Cette plante originaire de Chine est consommée, sous forme d'infusion, pour lutter contre la fatigue. Mais elle est également très efficace pour aider le système immunitaire à lutter contre une maladie hivernale

- Le sureau Sous forme d'ampoules ou de comprimés, le sureau se consomme tout l'hiver pour lutter contre une foule de petites maladies. Rhumes, grippes, sinusites ou bronchites ne résistent pas au pouvoir de cette plante.

Le thym Très utilisé en Europe, et notamment en Méditerranée, en cuisine, le thym est également un allié santé. C'est parce qu'il est, notamment, riche en vitamine A que le thym est un atout pour le système immunitaire. Associé au miel, et consommé sous forme d'infusion, le thym sera votre meilleur ami en cas de rhume.

L'arbre à thé est utilisé depuis toujours par les Aborigènes d'Australie. Son huile essentielle vous permettra de lutter efficacement contre toutes formes d'infections bactériennes et virales.

Le radis noir, La vitamine C est sont secret. C'est grâce à celle-ci qu'il peut lutter contre la fatigue et donc renforcer votre système immunitaire. Petit plus non-négligeable, le radis noir aide également à la bonne santé de votre peau et lutte contre le vieillissement de vos cellules.

Le cassis Tout comme le radis noir, est une véritable mine de vitamine C. Grâce à celle-ci, le cassis a des vertus antioxydantes qui protégeront vos globules blancs, ceux-là mêmes qui devront être performants pour lutter contre les maladies de l'hiver.

- Le curcuma a beaucoup fait parler de lui ces dernières années. Et pour cause, cette plante, dont on consomme la racine, est véritablement miraculeuse si elle est utilisée avec connaissance. De nombreuses études ont prouvé que le curcuma pouvait combattre de nombreuses bactéries. Mais attention à ne pas en abuser, il doit être consommé avec parcimonie.

Le guarana possède des vertus tonifiantes reconnues depuis longtemps. Cette plante originaire du Brésil sera votre allié si vous souffrez d'une fatigue passagère. Il est également riche en vitamines, en potassium, en magnésium, en fer et en phosphore, autant de vertus qui en feront un bon stimulant pour votre système immunitaire.

- La griffe de chat, aussi appelé « Liane du Pérou », est une plantes dont on consomme l'écorce, sous forme d'infusion ou de capsules, et est reconnue pour ses propriétés antivirales et anti-inflammatoires. Elle est également utilisée pour lutter contre le cancer.

poumons.png
cerveau (1).png